IDBS Blog | 16 octobre 2014

Que les scientifiques se concentrent sur l'innovation et l'amélioration continue, et non sur l'administration

Les professionnels de la biopharmacie connaissent bien les lamentations des scientifiques sur le temps qu'ils perdent à essayer de retrouver des données ou, pire encore, à devoir refaire des expériences à cause de données manquantes.

Le développement de produits thérapeutiques biologiques est par nature multiforme et nécessite de plus en plus de collaborations et de partenariats tout au long de la chaîne de valeur du développement. Si l'on ajoute à cela les volumes de données toujours plus importants générés par des équipements de traitement de plus en plus sophistiqués, la gestion de la complexité fait partie du quotidien d'un professionnel de la biopharmacie. Cette complexité se traduit souvent par l'introduction d'erreurs et d'inefficacités coûteuses. La qualité s'en ressent, les cycles de développement s'allongent et les scientifiques consacrent une part croissante de leur temps à l'administration des données.

Le coût de l'inaction

La plupart des entreprises biopharmaceutiques n'ont pas d'approche normalisée et globale de la gestion des données et du contrôle de la qualité ; elles s'appuient fortement sur des processus manuels basés sur le papier et sur des systèmes hétérogènes et non reliés entre eux. Le nombre de participants à un processus de développement typique augmente, ce qui a pour conséquence que les informations sont disséminées dans l'ensemble de l'organisation dans des silos de données tels que les magasins de fichiers, les classeurs, les carnets de notes et dans la tête des gens.

Des études ont montré que les scientifiques des entreprises biopharmaceutiques passent jusqu'à cinq heures par semaine à chercher des données pour préparer des rapports. Il est alarmant de constater que les données nécessaires sont souvent introuvables, ce qui peut obliger à recommencer des expériences, voire des projets entiers. Ce n'est pas seulement une perte de temps, mais la nécessité d'acheter de nouveaux réactifs et matériels et la charge accrue sur les immobilisations coûteuses peuvent avoir un impact significatif sur les coûts.

La valeur de la connaissance

L'intégration des données dans les flux de travail permet d'éliminer les erreurs courantes des processus et de mettre en œuvre une approche fondée sur le principe du "bon dès la première fois". Les opérations de biotraitement peuvent être optimisées et les frais généraux d'assurance qualité peuvent être minimisés. Une plateforme unique de gestion des données d'entreprise facilite le flux de données tout au long du cycle de développement et fournit aux organisations une vision inégalée de leurs produits et processus.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont l'IDBS peut aider vos scientifiques à se concentrer à nouveau sur la science en optimisant vos processus de développement de produits biologiques, rejoignez-moi le 29 octobre pour mon webinaire consacré à ce sujet.

Pour en savoir plus et vous inscrire, cliquez ici.

À propos de l'IDBSContactez nous

Plus de nouvelles